Accueil / Event / Ateliers de lecture : Débattre autour d’un livre

Ateliers de lecture : Débattre autour d’un livre

When:
14 octobre 2015 @ 19:30 – 21:00
2015-10-14T19:30:00+02:00
2015-10-14T21:00:00+02:00
Cost:
30 euros l'ensemble
Contact:
Murielle ILBERT
04.42.16.10.41

Documents à consulter: A la rencontre de Tabucchi

 

Ateliers de lecture: A la découverte des auteurs contemporains

Animés par: Pascale Cougard, professeure de lettres et Jean-François Mathet, professeur de lettres

« La lecture d’un roman jette sur la vie une lumière » écrit Aragon, et c’est vrai de tous les livres. Aussi nous vous proposons un cycle de cinq rencontres pour découvrir le monde actuel et nos contemporains à partir de récits, essais ou romans publiés récemment, français ou étrangers.
Pour ouvrir le débat, chaque livre, qui aura été lu par chacun des participants, sera présenté par Pascale Cougard ou Jean-François Mathet.

Mercredis 14 octobre, 2 décembre, 3 février, 16 mars, 18 mai
De 19h30 à 21h

Séance du 14 octobre 2015

Nous proposons de découvrir ou d’approfondir l’œuvre du grand écrivain italien Antonio Tabucchi. Né à Pise en 1943, il est mort des suites d’une longue maladie en 2012. Mais voilà qu’un roman posthume, Pour Isabel, sous-titré Un mandala, nous a rejoints en 2014, comme la lumière des étoiles dont on perçoit le scintillement alors qu’elles sont mortes depuis longtemps. A Lisbonne de nos jours, un personnage nommé Tadeus Slowacki, qui est une sorte de double du romancier, voudrait retrouver une femme connue, aimée, perdue trente ans plus tôt, dans le Portugal de Salazar.
Le roman a été travaillé longuement, dans le sillage d’un précédent, Requiem, sous-titré Une hallucination, paru en 1991, où le personnage d’Isabel se glisse, ombre discrète et inaccessible. Tabucchi n’a pas voulu le publier de son vivant et il écrivait à son propos : « Dans ce roman, ce n’est pas Isabel qui parlera d’elle, ce sont les autres qui le feront. Beaucoup des personnages de mes livres précédents seront appelés à témoigner sur Isabel, il y aura Tadeus, Magda, et même le Xavier de Nocturne indien, le personnage recherché mais jamais trouvé, qui fournira un important témoignage. Ce sera un tour, ou plusieurs tours autour de la figure de cette femme qui a eu une vie difficile et obscure. (…). Ce sera un roman qui tentera de faire la lumière sur l’existence d’une femme fuyante et très mystérieuse. »
Pour Isabel, Gallimard, peut bien sûr se lire isolément et pour lui-même. Mais comme l’œuvre est brève – c’est en effet l’une des caractéristiques de Tabucchi que la brièveté – et que toute l’œuvre, sauf le dernier texte à ce jour, se trouve en poche, nous vous proposons, sans obligation, un petit cheminement dans l’œuvre.
Voyageur infatigable, Tabucchi découvre la langue et la culture portugaises au cours de ses études et il fera du Portugal sa seconde patrie, séduit par l’oeuvre de Fernando Pessoa qu’il traduit intégralement en italien. Nous pouvons lire ou relire le roman Nocturne indien, prix Médicis 1987, dont le héros débarque à Bombay à la recherche d’un ami disparu, Xavier, dont on apprend qu’il est un ami d’Isabel. C’est l’adaptation que Louis Gardel fit du roman pour un film réalisé par Alain Corneau en 1989, qui aura fait connaître le romancier en France : « Nocturne indien » entremêle la magie du cinéma et l’atmosphère poétique de ce roman-enquête. Toujours dans cette même veine, Tabucchi écrit Requiem directement en portugais.
On retrouve le Portugal dans deux romans : Pereira prétend paru en 1995 (adapté au cinéma aussi par Roberto Faenza avec Marcello Mastroianni) et La tête perdue de Damasceno Monteiro, paru en 1997, au moment où Tabucchi termine Pour Isabel. Mais ces deux romans marquent un tournant dans l’oeuvre : ils expriment au cours d’intrigues réalistes empruntées au thriller, une exigeante conscience politique qui dénonce les exactions du salazarisme portugais ou le régime de Berlusconi en Italie.
On peut aussi lire le recueil de nouvelles Le temps vieillit vite, 2010, Folio, où Tabucchi sonde en neuf récits les mémoires de personnages confrontés au travail du temps. Ces cinq livres sont autant de points de vue révélant à quel point Pour Isabel est la pierre angulaire de l’œuvre.
Bonne lecture et bonnes vacances !