Accueil / Colloque et sessions / Après la vie professionnelle : témoignage de participants

Après la vie professionnelle : témoignage de participants

A l’approche de la retraite…

Nous sommes revenus l’un et l’autre heureux de cette proposition de WE  » Après la vie professionnelle : une nouvelle étape » car pour moi B. l’idée de terminer ma vie professionnelle était une perspective que je n’abordais pas spontanément et facilement, alors que pour M-P.  il y avait une forte attente, et d’autant plus que notre vie récente avait été marquée par la maladie de B.

Dans ce cadre merveilleux de la Baume de nombreuses paroles entendues au travers des témoignages des couples et célibataires animant le WE  nous ont rejoints :

« face un horizon qui se rapproche, donc un rétrécissement des possibles, il est essentiel de retrouver son noyau dur »

« La retraite, un temps qui nous est donné pour faire naître notre être, qui permet de se libérer et de devenir davantage soi même »

« on ne peut faire semblant que les choses vont changer, nécessité de mieux partager à deux notre emploi du temps, bref un travail de réajustement sur de nombreux aspects de la vie »

«  la retraite un temps désiré et redouté »

« La retraite être appelé à vivre avec d’autres, (re) découvrir que ce qui me fais vivre est ce que je vis dans la relation avec les autres (et non pas uniquement ce que je peux faire dans des tes temps d’engagement ou de services) » « appel à être avant tout un serviteur heureux, et non dévoué »

« La béatitude des retraités : ne plus avoir de pouvoir »

Pour moi B., mon désir profond en venant à ce WE était de dépasser un sujet devenu en moi « tabou », de prendre conscience qu’au delà des aléas de la vie, et notamment la période mouvementée que je venais de vivre (cancer) je pouvais avancer en toute liberté.

Comment imaginer ce temps de retraite comme une étape où au-delà de  l’abandon de mon travail professionnel,  il me sera, il nous sera possible en couple de nous  épanouir différemment, de mieux accueillir le désir profond qui nous habite l’un et l’autre, d’avancer sur un chemin  avec une vraie place laissée pour innover, pour avancer en confiance et en paix sur un chemin non tracé d’avance.

Même si je suis conscient que ce passage à la retraite va m’appeler à une forme d’appauvrissement, va m’amener à vivre des réajustements,  je suis reparti du WE apaisé, ne voyant plus uniquement que des risques liés à cette future situation, interpellé par le fait que je suis appelé à servir dans une forme de pauvreté qui rend libre, heureux de pouvoir aborder plus sereinement avec ma femme la perspective d’arrêter mon travail professionnel, décision que j’aurai à prendre dans quelques mois.

C’est aussi tout naturellement qu’il nous est apparu important  de poursuivre ce début de cheminement par un temps de retraite silencieuse où nous avons goûté que là où nous nous trouvons, là est le don de Dieu. Ce temps nous a permis de revenir l’un et l’autre à nos désirs, de regarder avec lucidité notre propre histoire, de nous réjouir de tout ce que nous avions déjà vécu, d’ accueillir ce que nous percevions de bon, de reconnaître par un acte de foi ce chemin de vie qui nous est ouvert, mais aussi de mieux prendre conscience de nos styles de vie, de nos fausses illusions, d’accueillir cela avec humour et  bienveillance.

M-P. et B. D.

 

J’ai pris conscience que je suis envahi par les engagements…

Ce simple message pour vous dire que j’ai eu beaucoup de plaisir à participer au week-end « après la vie professionnelle: une nouvelle étape ».
Je tiens simplement à vous remercier ainsi que toute l’équipe; la seule suggestion que je ferai c’est de ne pas systématiser la participation de participants  « non actifs » dont le conjoint va être ou est en retraite car leur positionnement n’est pas le même et dans un petit groupe il peut y avoir rapidement un déséquilibre.

J’ai bien aimé les carrefours surtout le samedi après midi ainsi que le temps libre qui a suivi. Pour le dimanche matin nous aurions pu davantage cibler le contenu de notre échange en tout début de rencontre. J’ai bien aimé les témoignages dans leur diversité , ainsi que le topo d’Hélène et tout particulièrement l’intervention du P. Audras du dimanche après midi.
Pour ce qui me concerne, j’ai pris conscience que je suis envahi par mes engagements, n’arrivant pas à très bien voir si c’est une question  de volume et nombre d’engagements  ou de façon de les gérer et de leur donner leur place  dans l’organisation de mon temps .
Il me semble que c’est une question à reprendre et à approfondir car sinon je ne goûterai plus les choses et m’épuiserai…
Merci encore à vous même et à l’équipe toute entière.
J.R.

 

Jeune retraitée, comment organiser ma vie ?

Le passage de la vie professionnelle à la vie de retraitée n’était pas évident pour moi. Je le vivais avec une certaine angoisse. Je quittais un travail dans lequel je trouvais des satisfactions et une certaine qualité de vie pour me retrouver « seule » dans mon quotidien, solitude aggravée du fait que je suis célibataire.

J’avais décidé de consacrer une partie de mon temps disponible à une meilleure connaissance de la Bible, le centre de la Baume lès Aix, se trouvant à proximité de chez moi, répondait à ma recherche. J’ai alors découvert les autres activités possibles proposées par ce Centre et notamment ce week-end.

Je n’ai pas trop hésité pour m’inscrire. Il me semblait que je ne devais pas reporter à plus tard cette décision. En fait, j’avais besoin d’être aidée, de parler de ce nouvel état de vie de façon approfondie avec des personnes se posant également des questions et vivant ce changement, sans doute avec des joies mais aussi des difficultés et de l’appréhension.

Ce sujet est difficile à aborder avec sa famille, ses collègues ou ses amis. Quand c’est possible c’est de façon superficielle

Ce week-end n’était pas « une retraite spirituelle » mais le contexte dans lequel il se déroulait, la qualité des apports (exposés, témoignages, échanges) m’a permis de réfléchir, de m’enrichir des expériences des autres, de commencer à accepter ce changement de statut et de prier. Tout ne s’est pas spontanément clarifié en quittant La Baume le dimanche soir, mais ce que j’y ai vécu a progressivement cheminé en moi, m’a permis de réfléchir plus sereinement, de ne plus m’arrêter aux aspects négatifs, de voir les aspects positifs de ce temps qui m’était donné et que je devais faire fructifier. J’ai compris que je devais structurer ma vie, avoir des projets

Si je regarde le chemin parcouru depuis un an (ou presque) je pense que certaines décisions ont été prises grâce à cette réflexion et à la prière, des doutes et des questions subsistent mais en fait ce sont eux qui me font avancer car il faut sans cesse se remettre en question, rien n’étant définitivement arrêté.

G.G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *